Comme une obsession, pourquoi ?
La douleur n'est pas vitale, la caresse trop violente...
Le silence trouve un écho à ta voix.
Il n'y a rien de mal, ce n'est pas du sang...
La vie est là, elle ne part pas.
Pourtant mes larmes coulent devant le deuil.
Le cœur se tend quand tu t'en vas.
Ne restes pas sur le seuil...

Si la mort doit te prendre, qu'elle vienne me pendre...